Les actualités
Baux dérogatoire aux statuts des baux commerciaux: prudence !

Baux dérogatoire aux statuts des baux commerciaux: prudence !

Publié le : 08/11/2017 08 novembre nov. 11 2017

Le 14 juin 2010, un bailleur commercial consent un bail dérogatoire pour une durée de quatre mois. Celui-ci expirait par conséquent le 14 octobre 2010 .  Les locataires restent dans les lieux après cette date .Après avoir délivré un congé pour le 15 avril 2012, ils libèrent les lieux et remettent les clés le 21 mai 2012. Le Bailleur  les assigne alors en paiement des loyers et charges échus postérieurement au terme du bail dérogatoire pour les loyers dus jusqu’au 13 octobre 2013 , date de fin de la première période triennale.

La Cour de Cassation donne raison au bailleur en effet : quelle que soit la durée du bail dérogatoire ou du maintien dans les lieux, si le preneur reste et est laissé en possession au-delà du terme contractuel, il s’opère un nouveau bail dont l’effet est régi par les articles L. 145-1 et suivants du Code de commerce. La cour d’appel de Paris qui relève que les preneurs se sont maintenus dans les lieux à l’issue du bail dérogatoire fixée au 13 octobre 2010, en déduit exactement qu’en application de l’article L. 145-5 du Code de commerce, dans sa rédaction antérieure à celle issue de la loi du 18 juin 2014, un bail soumis au statut des baux commerciaux a pris naissance le 14 octobre 2010.

Les loyers étaient par conséquent dus jusqu’à cette date .

Le bail dérogatoire doit par conséquent être utilisé avec précaution et la date d’échéance doit être très précisément respectée. Dans cette affaire le locataire a du payer environ 18 mois de loyer en pure perte . La leçon, fut, sans doute rude.

Arrêt n° 657 du 8 juin 2017 (16-24.045) - Cour de cassation - Troisième chambre civile - ECLI:FR:CCASS:2017:C300657

Historique

<< < ... 50 51 52 53 54 55 56 > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.
Information close

INFORMATION COVID-19

Suite aux mesures gouvernementales en vigueur au 30 octobre 2020, l'activité judiciaire se poursuit et le cabinet reste ouvert dans le strict respect des gestes barrières.

Est permis le déplacement d'un justiciable pour répondre à une convocation judiciaire, pour se rendre chez un professionnel du droit pour un acte ou une démarche qui ne peuvent être réalisés à distance. (article 4 alinéa 7)

Ainsi,
Les audiences fixées devant les tribunaux sont maintenues.
Les rendez-vous de signature des conventions de divorce par acte d'avocats sont maintenus.
Les rendez-vous d'information ou consultation se feront à distance prioritairement.

La transmission de documents par courrier électronique ou à défaut par voie postale doit être privilégiée.

Le public sera reçu dans le respect des gestes barrières et des règles de distanciation sociale.

A cet effet :
  • La réception du public se fera uniquement sur rendez-vous
  • Chaque personne devra se munir d'un masque de protection et de son stylo
  • Une solution hydroalcoolique sera également mise à disposition
Le cabinet OCEAJURIS Avocats vous remercie par avance du respect de ces mesures sanitaires nécessaires pour préserver la santé de tous.
 
Véronique BILLON
Bruno COURTET

Ok